Coeur de Ville : l’Etat va passer à l’action dans quatre communes de l’Oise

Avec Coeur de Ville, l’Etat veut faire revivre les centres-villes de Beauvais, Compiègne, Creil et Senlis. Quatre communes oisiennes aidées par le dispositif Coeur de Ville Au fil des décennies, certaines « villes moyennes » de l’Oise, comme ailleurs en France, ont vu l’activité de leur centre-ville se tarir au profit d’importantes zones commerciales situées en périphéries. Avec le dispositif Coeur de Ville, l’Etat souhaite travailler aux côtés des mairies pour attirer de nouveaux habitants dans les centres et faire revivre les commerces. Mode d’emploi. « Une grande transformation pour les centres-villes » C’est ainsi que le ministère de la Cohésion des Territoires décrit son programme intitulé Action Coeur de Ville. Un accord a d’ailleurs été signé lundi 11 juin à l’Hôtel de Ville de Beauvais, en présence notamment de Caroline Cayeux, Sénateur-maire, et de Louis Le Franc, préfet de l’Oise. Il va s’agir de déployer des efforts financiers pour améliorer le quotidien des Beauvaisiens. Une action qui passe par exemple par le cadre de vie. Et l’amélioration du cadre de vie des habitants n’est pas une mesure prise au hasard. En effet, les villes dites « moyennes » et intégrées à l’Action Coeur de Ville bénéficient de toute une stratégie articulée autour des commerces de proximité. Car qui dit plus d’habitants dit plus de clients potentiels pour les boutiques des centres-villes. Et les commerçants de Beauvais se sont concertés pour mettre en exergue les difficultés à résoudre. Le rôle de l’Etat, dans cette transformation massive des villes, va être d’accompagner les communes et agglomérations, aux côtés de financeurs et co-financeurs, comme la Caisse des dépôts et consignations, ou encore Action Logement. La stratégie élaborée par le gouvernement peut se résumer en trois lettres, ou plutôt en trois mots. Il faut savoir que dans le cadre de l’Action Coeur de Ville, il n’y aura pas de sommes prévues pour des projets précis. Des accords-cadres, conventions pluri-annuelles, vont baliser les projets sur 5 ans. Puis des avenants seront signés, correspondant à des portions de projets, dont le financement devra être validé par toutes les parties. Et immédiatement après Beauvais, seront concernées les agglomérations et villes de Compiègne, Creil et Senlis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *